Ensemble à Plectre des Hauts-Seine

Vous êtes ici >> Accueil/Les Dossiers/Historique/Ensemble à plectre des Hauts de Seine

Ensemble à plectre des Hauts de Seine

18/08/2011 - Lu 2602 fois
  • Note moyenne : 1.48/5
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Note moyenne : 1.5/5 (27 notes)

La vie de notre ensemble depuis sa création

 

C’est le dimanche 16 Janvier 1921 que Monsieur Louis ROCHE et les mandolinistes et guitaristes qu’il digeait fondent le CERCLE MANDOLINISTE DE COURBEVOIE (92).
 
Ils sont aidés dans cette création par Madame RICADA-MATHOREZ, Directrice du CERCLE MANDOLINSITE DE NEUILLY S/Seine créé en 1908. Elle créera en 1950 l’ensemble professionnel bien connu intitulé MANDOLIN’CLUB DE PARIS. Madame RICADA-MATHOREZ, d’origine espagnole était attachée aux couleurs jaune et rouge qui seront celles de son orchestre de Neuilly. Ces couleurs traverseront la Seine pour devenir aussi celles du CERCLE MANDOLINISTE DE COURBEVOIE.
 
 Celui-ci forme ses propres éléments conformément au nom donné par les espagnols aux orchestres de mandolines et guitares : « Estudiantina ». Les progrès du CERCLE MANDOLINISTE DE COURBEVOIE sont rapides et la société se fait remarquer dans de nombreux concours.
 
En 1934 Monsieur ROCHE prend sa retraite et Monsieur Jean CAMBIS, son successeur restera jusqu’en 1950, date à laquelle il s’éloignera de l’Ile de France.
 
En avril 1921, trois mois après sa fondation, un guitariste entre à l’orchestre.
 
Sa présence aura un impact important sur la vie de la société. Il sera le président des « années noires » (1940-1944) et saura activer l’esprit de solidarité des musiciens ; il avait nom ... Maurice LUSTEAUX et présidera la société encore longtemps après la guerre.
 
Cette solidarité s’est exprimée par les colis aux prisonniers de guerre retenus en Allemagne ; Monsieur Robert PARMENTIER, le Père de l’actuel Directeur, Christian PARMENTIER, était de ceux-là. Les plus anciens musiciens, qui ont connu la seconde guerre mondiale se souviennent d’avoir eu à faire face au couvre-feu, aux alertes, aux bombardements, aux décès des Amis .... etc.
 
L’action de Maurice LUSTEAUX dans cette période dramatique, , que les jeunes générations ne peuvent qu’imaginer par les images télévisées des guerres actuelles de la planète, fut un exemple pour ses successeurs ; l’hommage qui lui est rendu ici appartient légitimement à l’histoire de la société.
 
De 1950 à 1957 cinq directeurs se succèderont à la tête de l’orchestre qui verra avec plaisir le retour de Monsieur Jean CAMBIS et de son violon.
 
Le 17 Mai 1957 il sera à la tête de l’orchestre pour la toute première festivité d’accueil d’une délégation de FREUDENSTADT ; un prémice du jumelage entre les deux villes qui sera officialisé en 1961 et 1962.
 
Dès janvier 1964 Monsieur CAMBIS est atteint par la maladie qui l’emportera le 17 juin de la même année. Sa baguette est confiée à son ami Robert PARMENTIER, accordéoniste et pianiste, avec lequel, en 1949, il avait constitué un groupe musical d’animation.
 
Après le jumelage officiel avec FREUDENSTADT, ce sera l’année du premier contact entre le CERCLE MANDOLINISTE DE COURBEVOIE et L’AKKORDEON ORCHESTER DE FREUDENSTADT.
 
Monsieur Robert PARMENTIER, a considérablement oeuvré au développement de l’orchestre et à la réussite du jumelage dont il fut, lui, l’ancien prisonnier de guerre, l’un des plus actifs pionniers. Il quitte ce monde le 31 décembre 1986 après 22 années de direction.
 
Au cours de l’année 1987 le CERCLE MANDOLINISTE DE COURBEVOIE assure ses prestations musicales sous la baguette de plusieurs chefs qui se relaient et ont noms : Mlle DESENCLOS, Mr. BOULET directeur de l’Harmonie, Mrs Gérard et Christian PARMENTIER, les fils de Robert.
 
En fin d’année 1987, Monsieur Christian PARMENTIER est définitivement nommé Directeur de ce CERCLE MANDOLINISTE DE COURBEVOIE qui deviendra, en 1991, ENSEMBLE A PLECTRE DES HAUTS DE SEINE. Il fêtera ses 20 ans de direction lors du concert annuel de septembre 2007.
 
Depuis 40 ans la vie et l’activité de ce groupe musical sont marqués du sceau de la famille PARMENTIER. A l’hommage rendu au Père il convient d’ajouter la reconnaissance de la société à la Grand-Mère, Madame Suzanne FEUCHOT, qui fut une grande figure de la vie musicale coubevoisienne....CERCLE SYMPHONIQUE, CHORALE... et qui s’est consacrée, dans les années 65 à 75, à la formation des jeunes musiciens dont certains sont encore à l’orchestre à ce jour. Hommage aussi au frère du Directeur, Gérard PARMENTIER, brillant virtuose du piano, qui n’a jamais oublié ses racines et est toujours proche de l’orchestre.
 
Hommage enfin à Christian PARMENTIER qui , depuis plus de 20 ans dirige et fait progresser l’orchestre. Malgré la distance et les nombreuses charges musicales professionnelles qui sont les siennes, son coeur le ramène toujours à Courbevoie pour les répétitions et les concerts.
 
L’orchestre qui, depuis sa fondation a donné , jusqu’à ce jour, une moyenne de 5/6 prestations par an, et toujours répondu positivement aux sollicitations de la Municipalité de Courbevoie, a réalisé une discographie singulièrement appréciée bien au-delà du monde des plectres :
 
30 juin 1991       :    FLORILEGE DE LA MANDOLINE
12 Juin 1997      :    L’OPERA EN MANDOLINE
18 février 1996 :     NAPOLI ETERNA
18 février 2001 :     OMMAGE A MARIO MACCIOCHI
 
La qualité de ces enregistrements « modernes » ne doit pas faire oublier le tout premier disque de l’orchestre (33 tr/mn - 25 cm) réalisé en septembre 1963 sous la direction de Monsieur Jean CAMBIS dont la voix y est conservée. Un musicien a « filtré et nettoyé » ce microssillon pour le transposer en CD.
 
Le dernier CD de l’orchestre a été enregistré pour célébrer, en 2001, les 80 ans de l’orchestre.
 
Dans le même temps, un ancien musicien, entré à l’orchestre en 1949 à l’âge de 13 ans, a réalisé un ouvrage historique. La plume de Monsieur Georges-Charles BERNARD, Président en 1966 puis en 2002, rappelle la vie musicale et humaine de l’orchestre.
 
 Cet ouvrage présente également un abrégé de l’histoire des instruments à plectre,... des biographies de personnalités importantes du monde des plectres(Mme SCIVITTARO, Mme RICADA-MATHOREZ, Mr MACCIOCHI, Mr MENICHETTI, Mr SCHNEIDER, .....) , .... et une large part, de l’histoire des villes jumelles FREUDENSTADT et COURBEVOIE. Ce dernier chapitre a fait l’objet d’un ouvrage particulier qui prend sa source en 1599, année de création de FREUDENSTADT par FREDERIC II, Duc de Montbelliard.
 
Au cours de son long parcours l’orchestre aura réalisé, jusqu’à ce jour, plus de 550 prestations publiques. Depuis 1951 il aura accompli plus de 120 missions municipales et depuis 1961, 75animations musicales pour les Anciens des Maisons de Retraite de COURBEVOIE.
 
Ajoutons à cela plus de 25 rencontres officielles et amicales avec les accordéonistes de FREUDENSTADT diriges par Madame Maria JEHL qui, en 2003 a fêté son jubilée et pris sa retraite après 50 années de Direction. L’EAP DES HAUTS DE SEINE lui a rendu, en Allemagne, l’hommage qu’elle méritait.
 
Outre le fait que ce jumelage entrait dans le cadre d’une politique générale de réconciliation franco-allemande il s’est construit sur les échanges culturels, sportifs et familaux. Nombre de Courbevoisien ont tissé des liens affectifs durables avec nos Amis Allemand. Paradoxalement, les jeunes générations des deux pays ne donnent plus au jumelage le sens d’exception qu’il avait à sa création au sotir de plusieurs guerres. La relation de paix et de fraternité est aujourd’hui banalisée et c’était bien le but recherché par les pionniers dont certains sont encore à l’orchestre.
 
La musique d’orchestre n’a pas été la seule manière, pour  L’EAP DES HAUTS DE SEINE , de faire rayonner l’image culturelle de COURBEVOIE ; des participations individuelles de musiciens à d’autres orchestres à plectre français, des expositions et conférences musicales (Mozart,...Wagner,... entre autres) y ont contribué.
 
Rappelons encore que c’est à COURBEVOIE que le Président BERNARD, en 1972, a créé le premier FESTIVAL INTERNATIONAL FRANCAIS POUR ORCHESTRE A PLECTRE faisant venir, pour la première fois en France une formation japonaise. Ce festival sera renouvelé en 1974 et 1974 à ANGOULÊME. Il montrera la voie à divers OAP qui, à leur tour, réaliseront des festivals (91, 88, 38, etc...).
 
En préface à l’ouvrage de Monsieur BERNARD, en 2001, Monsieur Jacques KOSSOVSKY, Député-Maire de COURBEVOIE, a pu écrire : « C’est aussi le point d’orgue qui prolonge le plaisir que nous procure la musique d’un orchestre dont ma ville peut être fière ».
 
 
Georges-Charles BERNARD
2005

 

Les Commentaires

Aucun commentaire
Partager cet article wikio : Partager cet article | digg : Partager cet article | del.icio.us : Partager cet article | facebook : Partager cet article | scoopeo : Partager cet article | blogmarks : Partager cet article | additious : Partager cet article |
Partager les derniers articles Netvibes : Partager les derniers articles | iGoogle : Partager les derniers articles | My Yahoo : Partager les derniers articles | wikio : Partager les derniers articles | RSS : Partager les derniers articles |
Article précédent : Le PlectreArticle suivant : Maria SCIVITTARO